Fiche d’élevage pour Uromastyx

 

 

 

Tableau 1. Classification du genre Uromastyx Merrem 1820

 

COMPLEXE DES "ACANTHINURA"

 

1.  Uromastyx acanthinura acanthinura Bell 1825     est de l’Algérie, sud de laTunisie, nord–ouest de la Lybie

     Uromastyx acanthinura nigriventris  Rothschild & Hartert 1912  nord et sud-ouest de l’Algérie, Maroc 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                            

2.  Uromastyx dispar dispar Heyden 1827                                              Soudan, Tchad

     Uromastyx dispar flavifasciata Mertens 1962             Sahara Occidental, Mauritanie, sud–ouest de l’Algérie 

     Uromastyx dispar maliensis Joger & Lambert 1996                   nord–est du Mali, sud-ouest de l’Algérie

 

3.  Uromastyx geyri Müller 1922                    sud de l’Algérie, nord–est du Mali, nord–ouest du Niger (Hoggar)

                                                                                                

4.  Uromastyx alfredschmidti Wilms & Böhme 2000                     ouest de la Lybie, sud–est de l’Algérie

 

COMPLEXE DES "AEGYPTIA"

 

5. Uromastyx aegyptia aegyptia (Forskall 1775)                         Egypte (à l’est du Nil), Soudan, Israël

    Uromastyx aegyptia microlepis Blanford 1874   nord de l’Arabie Saoudite, Israël, Syrie, Irak, Iran, Jordanie

                                                                                  

 

6.   Uromastyx leptieni Wilms & Böhme 2000                        nord d’Oman, est des Emirats Arabes Unis

 

7.   Uromastyx occidentalis Mateo et al. 1999                                           Sahara Occidental

 

UROMASTYX D’IRAN

 

8.   Uromastyx asmussi (Strauch 1863)   nord et est d’Iran, sud–ouest d’Afghanistan, sud– ouest du Pakistan

                                                                             

UROMASTYX INDIEN

 

9.   Uromastyx hardwickii Gray 1827                               Pakistan, sud-est de l’Afghanistan, nord de l’Inde

                                                                                             

UROMASTYX D’IRAK

 

10.  Uromastyx loricata (Blanford 1874)                                   centre–nord d’Irak, sud–ouest d’Iran

 

COMPLEXE DES "OCELLATA"

 

11.   Uromastyx benti (Anderson 1894)                                      Yemen, Oman, sud de l’Arabie Saoudite

 

12.   Uromastyx ocellata Lichtenstein 1823                      nord-ouest de la Somalie, Djibouti, Erythrée,

                                                                                               nord du Soudan, sud–est de l’Egypte 

                                                                                                                                                                                                                                                                                      

13.   Uromastyx ornata ornata Heyden 1827        est de l’Egypte, sud d’Israël, nord–ouest de l’Arabie Saoudite

                                                                                      

       Uromastyx ornata philibyi Parker 1938                                     Arabie Saoudite, Yemen

 

14.  Uromastyx macfadyeni Parker 1932                                        nord-ouest de la Somalie

 

UROMASTYX DE SOMALIE

 

15.  Uromastyx princeps O’ Shaughnessy 1880                                                Somalie

                                                                                               

UROMASTYX D’OMAN

 

16.  Uromastyx thomasi Parker 1930                                                                   Oman

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                    Le genre Uromastyx Merrem, 1820 fait partie de la famille des Agamidae.

Selon la nouvelle classification proposée par Wilms et Böhme en 2001, il comprend 16 espèces et 9 sous-espèces (Tableau 1).

La zone de répartition du genre Uromastyx est une zone très étendue qui, à partir du Sahara occidental, traverse tout le Nord de l’Afrique, le Moyen Orient, l’Irak, l’Iran, le Sud de l’Afghanistan, le Pakistan jusqu’au Nord-Ouest de l’Inde (Fig. 1).

Uromastyx, appelé « dob » en arabe et « fouette-queue » en français en raison de la manière de se défendre en fouettant avec sa queue épineuse, est un lézard herbivore, terrestre, sédentaire, diurne et héliophile. Il occupe les biotopes pierreux et rocheux des milieux désertiques et semi–désertiques tandis qu’on ne le trouve pas sur les étendues sablonneuses (dunes) qui constituent des barrières à ses déplacements.

            Toutes les espèces d’Uromastyx sont classées en ANNEXE II de la Convention internationale sur les espèces en danger (Convention on International Trade in Endangered Species, C.I.T.E.S.) dite aussi "Convention de Washington". Les individus prélevés dans la nature doivent être donc vendus avec un numéro de CITES. Ceci permet de contrôler le commerce international de cette espèce qui est considérée comme relativement menacée dans son habitat naturel.

L’importation des Uromastyx en Europe occidentale est limitée seulement à certaines espèces qui sont donc plus connues que d’autres par leur détention et reproduction en captivité.               

A ma connaissance, on peut se procurer, en France, à ce jour, Uromastyx acanthinura nigriventris, Uromastyx dispar maliensis, Uromastyx dispar flavifasciata, Uromastyx geyri, Uromastyx aegyptia aegyptia, Uromastyx ocellata, Uromastyx ornata ornata et Uromastyx hardwickii.

 

  Les notes qui suivent concernent la maintenance de huit espèces et sous–espèces d’Uromastyx :

         Uromastyx acanthinura nigriventris

         Uromastyx dispar maliensis

         Uromastyx dispar flavifasciata

         Uromastyx geyri

         Uromastyx aegyptia aegyptia

         Uromastyx ocellata

         Uromastyx ornata ornata

         Uromastyx hardwickii

  Parmi ces espèces et sous–espèces, quatre ont été reproduites entre 2000 et 2003 dans les locaux de l’association Bébésaurus, c’est-à-dire : U. a. nigriventris, U. d. maliensis, U. geyri et U. ocellata.

 

Aménagement du terrarium

Les dimensions du terrarium varient selon la taille et l’âge des animaux.

Les couples reproducteurs de taille moyenne (U. acanthinura, U. d. maliensis, 35-40 cm environ) ainsi que les petits groupes (3 ou 4 individus) d’Uromastyx de petite taille (U. ocellata, 30 cm maximum) ou de taille moyenne (U. o. ornata, U. geyri, 35 cm environ) sont logés dans des terrariums qui ont une surface au sol de 100 x 100 cm ou 180 x 50 cm.

Les deux groupes de 3 individus U. a. aegyptia, Uromastyx de grande taille (70-75 cm maximum) sont logés dans des terrariums de 200 x 100 cm.

Un groupe de 8 individus U. hardwickii (35 cm environ) est logé dans un terrarium de 200 x 100 cm.

            Les juvéniles (20-25 cm) sont logés seuls dans des terrariums 100 x 50 cm.

Quand cela est possible, une bonne profondeur sera privilégiée car Uromastyx se sent plus en sécurité s’il a du recul par rapport à l’"extérieur".

La hauteur des terrariums varie entre 50 cm et 60 cm. Ceci permet d’aménager, grâce au décor (souche, écorce de liège…), un endroit près du tube néon (30 cm maximum), là où les lézards peuvent profiter du rayonnement UVA et UVB. Généralement, Uromastyx ne grimpe pas sur les branches, sauf U. ocellata et U. o. ornata, ou les juvéniles.

Sur les côtés du terrarium ou au plafond  il y a des aérations grillagées (mes terrariums sont en bois sur les trois côtés, avec des vitres sur glissières devant) qui permettent un changement d’air suffisant et empêchent la surchauffe du terrarium.

Sur un côté du terrarium je mets un spot de 60W (ou une lampe à vapeur de mercure mixte de 160W pour les terrariums 200 x 100 cm) à 20 cm du sol et avec une pierre plate au-dessous de manière à créer un point chaud qui atteint 45 à 50° C. Au point le plus frais, au côté opposé, la température sera de 28° C environ. Un bon gradient thermique est très important car il permet à l’animal de régler sa température interne par des adaptations comportementales. Ainsi qu’il le fait dans le milieu naturel, Uromastyx se chauffe, le matin, par rayonnement en se dressant sur les pattes antérieures, le dos vers la source de chaleur. Cependant, en captivité on peut souvent observer l’animal se chauffer aussi par conduction en s’aplatissant sur la pierre situé sous le spot. Quand il a atteint sa température optimale il s’éloigne de lui-même vers le point le plus frais du terrarium. S’il n’arrive pas à baisser suffisamment sa température interne [c’est-à-dire si celle–ci reste supérieure à 39° C en milieu naturel (Grenot, 1976)], Uromastyx manifestera son état par une ventilation rapide en ouvrant la bouche (polypnée thermique), ce qui représente un moyen de refroidissement par évaporation bucco-pharyngée (Grenot &  Loirat, 1973).

Selon la saison et la température de la pièce, je mets en place un tapis chauffant (Habistat®) qui, à la différence des câbles chauffants, ne peut pas être aisément déterré.

Une forte luminosité et une chaleur importante sont essentiels pour une maintenance correcte d’Uromastyx en captivité. Ces données sont maintenues constantes pendant la durée du jour qui sera de 14 heures au maximum en août et de 8 heures au minimum pendant la période d’hivernage (voir chapitre sur la reproduction).

Les juvéniles sont chauffés par un petit spot de 40W : leur besoin de chaleur est sensiblement le même que celui des adultes.

La nuit le chauffage est coupé et la température du terrarium redescend à la température de la pièce qui varie, selon les saisons, entre 15 et 30° C.

En ce qui concerne le substrat, après avoir presque tout essayé et avoir aussi perdu un individu par occlusion intestinale causée par un éclat de hêtre, j’ai opté pour le Litalabo®, ce sont des minuscules copeaux de bois conçus pour les cobayes qui, même s’ils sont ingérés, ne provoquent pas des blessures internes car ils ne sont pas coupant et sont éliminés avec les excréments. Une idée intéressante nous vient des Etats Unis où certains éleveurs maintiennent leurs Uromastyx sur un substrat constitué de graines pour oiseaux; en ce qui me concerne, je trouve un tel aménagement pas vraiment économique ni hygiénique.

Les nouveau-nés et les juvéniles jusqu’à 11cm environ sont maintenus sans substrat ou sur du Sopalin, ce qui me permet de contrôler plus facilement leurs excréments, source de renseignements sur leur état de santé. Pour la même raison, je garde sans substrat les animaux malades.

Le décor de mes terrariums est constitué en premier lieu d’une écorce (ou une tuile), indispensable pour le bien-être de ces lézards qui s’y cachent quand ils sont stressés ou quand ils dorment. Cet abri est  placé du côté frais du terrarium. Pour qu’ils s’y sentent en sécurité, quand ils y sont debout la tête doit toucher le "plafond" ou, mieux encore, ils ne doivent pas pouvoir s’y tenir debout. En principe, il doit y avoir une cachette par animal, mais j’ai constaté que souvent ils dorment dans la même sans problèmes.

Une souche assez grande pour permettre aux animaux de s’approcher du tube néon installé au plafond et qui peut être escaladée facilement –ou une écorce qui monte vers le néon– constitue la dernière pièce indispensable du décor. Selon la place à disposition, j’ajoute également des cactus en plastique, des cailloux, parfois des branches, en prenant toutefois garde à qu’il y ait toujours un espace ouvert suffisant pour permettre aux lézards de se déplacer aisément et notamment de s’accoupler.

Etant donné la puissance que ces lézards ont dans leur mâchoire et la capacité coupante de leurs dents, j’évite les plantes en plastique, dont les feuilles peuvent être ingérées, ainsi que n’importe quelle plante véritable. Je fais aussi attention à que les éléments du décor ne soient pas simplement appuyés sur le substrat mais qu’ils touchent le fond du terrarium car, en creusant, les fouette–queues risquent de se faire écraser par la souche, les pierres etc. (en particulier les juvéniles et les animaux de petite taille).

Tous les deux mois je change le substrat et je passe tout, y compris le décor, à l’eau de javel.

 

Alimentation en captivité

Uromastyx est un lézard herbivore. En milieu désertique, le fouette–queue ne s’alimente pas de manière régulière mais en suivant le cycle des saisons selon les précipitations, plus au printemps, peu en été, de nouveau en automne, presque pas en hiver (Grenot, 1976). En captivité également il est indispensable de suivre un cycle annuel dans la prise de nourriture, qui sera plus fréquente et plus riche au printemps et en automne, plus espacée en été et inexistante pendant l’hivernage.

En terrarium, son menu de base comprend en premier lieu des végétaux, notamment des feuilles, des salades et des légumes. Les salades et les feuilles que je leur donne sont de préférence celles qui ont un bon rapport phospho-calcique (deux fois plus de calcium que de phosphore), donc scarole, mâche, chicorée, cresson, frisée, romaine, endives, blettes, pissenlit, trèfle, luzerne, fanes de carottes, de navets et de radis, faux acacia (robinier), mûrier–platane, lierre terrestre (Glechoma hederacea), grand plantain (Plantago major), Malva silvestris.

Les fleurs aussi constituent un mets de choix, par exemple les fleurs de pissenlit, trèfle, robinier, courgette, hibiscus, forsythia, genêt, pâquerette, robinier, luzerne, mimosas.

Avec une fréquence hebdomadaire variable selon la saison (à titre indicatif : trois fois par semaine au printemps, une fois par semaine en été, deux fois par semaine en automne) je leur donne également un parmi ces légumes : haricots verts, petits pois, courgettes (vendus congelés en sachets et préalablement décongelés), carottes crues râpées ou partiellement cuites, choux de Bruxelles, lentilles (réhydratées), pois chiches (réhydratés), pois cassés (réhydratés), haricots mungo (réhydratés).

Pour ce qui concerne les fruits, je dois dire que mes Uromastyx ne les aiment pas, sauf peut-être les figues et les figues de barbarie. Mais c’est vrai aussi que les goûts changent d’un individu à l’autre et que leurs préférences changent avec le temps. D’ailleurs, n’importe quelle nourriture peut être refusée aujourd’hui et appréciée demain.

Régulièrement, deux fois par mois environ, je leur prépare une coupelle de graines (30 gr environ) que je mélange avec du carbonate de calcium. A la différence des salades et des légumes que je donne indifféremment aux adultes et aux juvéniles (ce qui change est évidemment la taille des "morceaux"), les graines ne sont pas les mêmes selon l’âge de l’animal. Pour les juvéniles (à partir de 12 cm de longueur totale) : lin doré et brun, quinoa, millet, alfalfa (c’est-à-dire graines de luzerne), tandis que le sarrasin est distribué aux jeunes de plus de 20 cm. Pour les adultes : blé, orge décortiqué, sarrasin, tournesol, cacahouètes non grillées pour perroquets, ainsi que les graines des juvéniles. Aux bébés je ne donne pas de graines par crainte d’occlusion intestinale.

Etant donné le comportement des mes Uromastyx, ces graines ont vite fait de se retrouver éparpillées partout et mélangées au substrat : ça leur permet de se constituer une "réserve" de nourriture, avec des morceaux de légumes ou de salade séchés, que les fouette–queues déterrent par des mouvements vifs des pattes. En fait, même si j’enlève tous les jours le plus gros de la nourriture non consommée, on ne peut empêcher que des débris de ces aliments restent mélangés aux copeaux : mais l’environnement sec dans lequel je les maintiens évite qu’ils pourrissent et ils peuvent donc être consommés (d’ailleurs j’ai remarqué que parfois les Uromastyx les préfèrent aux aliments frais). 

La salade et les légumes sont saupoudrés avec du carbonate de calcium trois fois par semaine (tous les jours pour les juvéniles et les femelles en phase de reproduction), tandis qu’une fois par semaine (deux pour les jeunes) j’ajoute à la nourriture des vitamines avec un mélange de "Petphos® croissance" (complément vitaminique pour chiots) et de vitamines pour oiseaux (Ocevital®).

En ce qui concerne les insectes, Uromastyx en captivité mange volontiers grillons, criquets, morios ou vers de farine, mais cette nourriture n’est pas indispensable pour sa bonne santé, en particulier si on lui donne des protéines végétales (par exemple  avec les petits pois ou les haricots verts);  il y a même des éleveurs étasuniens qui ont maintenu leurs Uromastyx, adultes et juvéniles, pendant des années sans leur donner aucun insecte. De plus, chez les adultes, une nourriture trop riche en protéines animales risque de provoquer des maladies hépatiques qui peuvent causer la mort du lézard végétarien, un risque moins important pour les juvéniles ou les femelles en période de reproduction. La distribution des insectes sera donc occasionnelle, plus fréquente pour les femelles gravides ou qui viennent de pondre et pour les juvéniles. Des insectes toujours saupoudrés de carbonate de calcium et de vitamines et bien nourris par mes soins. En sachant toutefois que certains des mes Uromastyx ne les apprécient guère, notamment les U. aegyptia aegyptia, tandis que les U. ocellata et U. hardwickii en raffolent. Je me suis aussi "appuyé" sur les insectes pour démarrer les nouveau-nés, petits grillons et vers buffalos : apparemment, le mouvement des proies excite les bébés.

Compte tenu de son aire de distribution, Uromastyx ne boit presque jamais d’eau libre en milieu naturel. En captivité, j’ai remarqué que seulement les femelles gravides ou ayant récemment pondu, les nouveau-nés, les animaux fraîchement importés ou malades buvaient systématiquement. Dans ces cas je leur mets à disposition une coupelle plate d’eau. Certains éleveurs préconisent une légère vaporisation matinale dans un coin du terrarium (Wilms, 2002) : pour ce qui me concerne, je ne le fais pas en craignant que cela puisse entraîner une hygrométrie trop importante dans le terrarium.

 

Comportement en captivité

Le comportement d’Uromastyx en captivité varie d’un individu à l’autre et, surtout, s’il s’agit d’un animal né en captivité ou sauvage, déjà acclimaté ou de récente acquisition, bien nourri et bien chauffé ou stressé et malade. Mais, en règle générale, à partir de mon expérience, je pense que l’idée qu’il s’agit d’un lézard farouche, qui passe sa journée caché, qui essaye de mordre dès qu’on le touche et que de toute façon on ne peut pas manipuler, est fausse. Ce que j’ai constaté c’est qu’au contraire Uromastyx, surtout s’il est né en captivité, est un lézard très curieux qui regarde avec intérêt tout ce qui se passe autour de lui, en général il peut être manipulé sans que cela provoque un état de stress tandis qu’il faut éviter de le contenir, la contrainte étant mal supportée par l’animal.

Une fois dépassée la crainte de l’homme –crainte qui, quand elle existe, influence négativement le comportement du lézard– Uromastyx est un sujet idéal d’observation. Ceci est encore plus vrai si on maintient un couple ou un groupe car le comportement interspécifique est très varié selon la saison, et particulièrement intéressant à la saison des accouplements.

D’une manière générale, parmi les espèces d’Uromastyx que je possède, U. acanthinura et U. dispar maliensis peuvent être maintenus en couple. Sur la base de mon expérience, j’ai remarqué qu’il existe une incompatibilité entre mâles ainsi qu’entre femelles de ces espèces. En fait, non seulement les mâles se "bagarrent" mais les femelles aussi peuvent être agressives entre elles, notamment avant et après la ponte. Les morsures ne sont pas mortelles en soi, c’est-à-dire qu’en générale ils ne s’arrachent pas des morceaux de chair, ne s’étripent pas, souvent ils ne saignent même pas. Pour ce que j’ai pu constater, deux cas de figure peuvent se présenter : ou les deux "bagarreurs" se tiennent tête ou un des deux s’avoue vaincu et s’échappe sous la cachette la plus proche.

Dans le premier cas, ils se font face en élargissant et aplatissant leur corps, ils tournent en rond "en biais" en montrant ainsi le dos large et rond et ils se mordent mutuellement sur les côtés ou aux cuisses, à l’épaule, à la queue, et, en gardant fortement prise, ils essayent de renverser l’adversaire. Ce qui veut dire que non seulement ils se pincent avec leur "bec" puissant mais la peau pincée est "vrillée" avec des brusques mouvement de tête. Ces batailles peuvent durer longtemps, jusqu’à ce qu’un parmi les adversaires s’enfuie, et même si les blessures ne paraissent pas graves sur le coup, par la suite sous la peau meurtrie se développent des abcès qu’il faut s’empresser de soigner pour empêcher qu’ils évoluent en septicémie (favorisée par l’état de stress profond qui suit l’affrontement). Finalement, là où la peau a été meurtrie les écailles ne repoussent pas et pendant longtemps il reste une peau lisse et blanche.

 Dans le deuxième cas de figure, le plus faible ne se bat pas mais il n’a pas de répit non plus, contraint à rester caché il se nourrit peu et mal, ne se chauffe pas et le stress continu dans lequel il vit affaiblit son organisme en ouvrant la voie à diverses maladies.

Au contraire, les couples vivent ensemble sans trop se disputer, je les sépare seulement une semaine avant la ponte pour permettre à la femelle de pondre tranquillement et éviter d'éventuels dommages aux œufs. Les seuls problèmes que j’ai constaté concernent éventuellement l’insistance avec laquelle le mâle essaye de s’accoupler : si la femelle n’est pas réceptive elle peut "stresser" au point de ne plus vouloir sortir de son repaire. C’est à l’éleveur d’évaluer si le mâle peut rester dans le terrarium ou s’il doit être momentanément isolé.

Parmi les autres espèces, U. ocellata peut (sauf exceptions) être maintenu "en harem", un mâle avec deux ou trois femelles. Il arrive de temps en temps que les femelles montrent une certaine agressivité entre elles mais il s’agit d’escarmouches pas vraiment sérieuses. Bien évidement l’éleveur devra toujours rester vigilant pour déceler tout changement dans le comportement qui pourrait entraîner des combats dangereux pour les animaux.

U. a. aegyptia également est maintenu "en harem", un mâle pour deux femelles. Cependant, quand une des deux femelles a atteint la maturité sexuelle et s’est accouplée,  elle est devenue de plus en plus agressive à l’approche de la date de ponte, au point que j’ai été contraint d’enlever le mâle et l’autre femelle. Après la ponte et jusqu’à aujourd’hui (deux mois après la ponte) ça n’a pas été possible de reconstituer le groupe, la femelle qui a pondu attaque systématiquement les deux autres individus.

Pour ce qui concerne U. hardwickii, je maintien depuis presque deux ans huit individus ensemble, quatre adultes (un mâle et trois femelles) et quatre sub–adultes (un mâle et trois femelles) et je n’ai observé aucune manifestation d’agressivité. Dans le milieu naturel, U. hardwickii a tendance à vivre en colonies (Minton, 1966).

Finalement, pour U. geyri j’ai vérifié depuis deux ans que l’on peut maintenir les individus de cette espèce en petits groupes composés de deux ou trois mâles et deux ou trois femelles sans qu’il se manifeste aucune agressivité interspécifique, même pendant la période des accouplements. Même s’il y a toujours une hiérarchie, tous les individus évoluent normalement et ils ne souffrent pas de la cohabitation. J’ai même assisté à un "accouplement à quatre", c’est-à-dire que dès qu’un jeune mâle a commencé à s’accoupler avec une femelle, le plus gros mâle, plus vieux, est arrivé pour prendre sa place et tout de suite après un deuxième jeune mâle a aussi tenté sa chance de manière que pendant quelques minutes la femelle avait trois mâles accrochés sur son dos ! En définitive c’est le plus gros qui a fini pour s’accoupler. Chez un autre groupe, les deux femelles se sont accouplées à tour de rôle avec les deux mâles.

Pour ce qui concerne les juvéniles, quand ils sont maintenus en groupe, ils suivent souvent les mêmes schémas des adultes. Les jeunes U. acanthinura et U. dispar maliensis peuvent parfois cohabiter dans le même terrarium pendant un laps de temps mais il s’agit toujours d’un équilibre instable vite rompu par l’individu qui, en assumant le rôle de dominant, poursuit d’un bout à l’autre du terrarium ses frères et sœurs en leur mordant les flancs et la queue. Ainsi il ne donne plus de répit aux autres en leur "volant" la meilleure place au "soleil" la plus belle cachette, souvent en les empêchant de s’approcher de la nourriture. La condition d’individu dominé est dangereuse à plus forte raison pour un jeune animal et ne peut être maintenue longtemps. C’est pourquoi je garde séparés les juvéniles dès qu’ils deviennent agressifs entre eux : j’ai essayé d’éloigner le dominant mais en l’espace de quelques jours un autre dominant s’impose et le "cirque" recommence.

Au contraire, les juvéniles U. ocellata, U. a. aegyptia, U. hardwickii et U. geyri ont grandi ensemble sans problèmes.

 

Reproduction en captivité

Tout d’abord je veux préciser que mon expérience dans la reproduction des Uromastyx est très limitée : j’ai reproduit Uromastyx ocellata en 2000, 2002, 2003 et 2004, Uromastyx acanthinura et Uromastyx dispar maliensis en 2001, 2002, 2003 et 2004, Uromastyx geyri en 2002, 2003 et 2004, Uromastyx a. aegyptia en 2004 et U. hardwickii en 2004. Toutefois, même si, d’après moi, pour une bonne maîtrise de la reproduction sont nécessaires plusieurs années consécutives de succès, je pense avoir appris quelques éléments de base qui ont été jusque là confirmés par des résultats positifs.

 

hivernage

La première et la deuxième année que j’ai reproduit mes Uromastyx,  je n’ai pas entamé un véritable processus d’hivernage. N’ayant pas connaissance de donnés sur ce sujet et en me fondant sur l’idée, fausse, que la reproduction des Uromastyx en captivité est très difficile voir impossible, j’ai laissé vivre mes animaux en hiver dans les mêmes conditions que le reste de l’année hormis une baisse de photopériode (10 heures en hiver, 14 heures en été). Du moins c’est ce que je croyais…. J’ai été donc très surpris quand, le 27/02/2000 j’ai vu mes Uromastyx ocellata s’accoupler. Avec le recul, en cherchant les raisons de cet exploit, je me suis rendu compte que le câble chauffant ne marchait plus depuis au moins un mois et que donc dans le terrarium il y avait eu une baisse, ni voulue ni maîtrisée, de la température. Un scénario similaire s’est produit l’année suivante pour une partie des mes Uromastyx acanthinura  et Uromastyx dispar maliensis, justement ceux qui se sont reproduit en 2001, tandis que d’autres femelles de la même espèce logées dans un autre terrarium où la température est restée élevée tout le long de l’hiver, ne se sont pas accouplées.

Tableau 2 : modifications des conditions de maintenance pendant l’hivernage

Date

Durée du jour

Nourriture

Néon

Spot

A partir du 6 septembre (durée du jour 14h) la photopériode est abaissée d’une demi-heure par semaine

10-nov

9h30

2 fois/semaine

allumé

allumé

17-nov

9h

2 fois/semaine

allumé

allumé

24-nov

8h30

arrêté

allumé

allumé

01-déc

8h

arrêté

éteint

allumé

08-déc

8h

arrêté

éteint

allumé 3h/j*

15-déc

8h

arrêté

éteint

allumé 2h/j*

22-déc

8h

arrêté

éteint

allumé 3h/j*

28-déc

8h30

arrêté

éteint

allumé

05-janv

9h

6 fois/semaine

allumé

allumé + tapis chauffant

  Ici  la photopériode est augmentée d’une demi-heure par semaine

 

*) pour les adultes reproducteurs des espèces U. acanthinura,  U. d. maliensis, U. geyri, U. hardwickii ; les autres espèces –U. ocellata, U. o. ornata et U. a. aegyptia– ainsi que les juvéniles gardent le spot allumé pendant les 8h du jour.

Fort de cette expérience, et en ayant entre temps pris connaissance des procédés employées par des éleveurs étasuniens dans la reproduction d’Uromastyx, j’ai mis au point un schéma d’hivernage (voir Tableau 2) qui a été appliqué notamment aux adultes Uromastyx acanthinura, Uromastyx dispar maliensis et Uromastyx geyri.

Pendant les trois semaines "critiques" du 08-déc au 28-déc j’ai multiplié mes observations pour m’assurer que tout se passait bien et j’ai remarqué qu’en moyenne un jour sur trois les fouette–queues sortaient de leur cachette pour se chauffer sous le spot en se retirant dès que les trois (ou deux) heures étaient écoulées. Un tel procédé (et aussi parce-que la température ne descendait jamais au-dessus de 15° C, température minimale atteinte la nuit) permet au lézard de garder sa température interne à l’intérieur des limites vitales.

En revanche, les adultes Uromastyx ocellata, Uromastyx o. ornata, Uromastyx a. aegyptia et Uromastyx hardwickii continuent pendant toute la durée de l’hivernage à bénéficier de la chaleur et de la lumière diffusées par les spots pendant les 8 heures du jour, mais la luminosité diminue car le néon est éteint et les animaux ne se nourrissent pas. Cette différence de traitement est due au fait que ces espèces subissent à l’état sauvage un hivernage plus doux que les autres espèces du Sahara. Pour ces espèces (ainsi que pour U. benti) une baisse de température de 5°-10° C en hiver serait suffisante pour stimuler le cycle reproducteur (T. Wilms, 2001).

  A ce propos, il faut se rattacher aux observations de C. Grenot (1976) en milieu naturel : la température, la lumière et l’humidité influent directement sur le cycle sexuel mais ce serait l’augmentation progressive de la photopériode le stimulus principal qui détermine le début de l’activité sexuelle. L’abondance en végétaux qui suit les pluies printanières aurait aussi un rôle important dans ce processus.

Les juvéniles de ces mêmes espèces bénéficient également d’un changement saisonnier, c’est–à–dire la journée de 8 heures ainsi qu’une relative baisse de température notamment la nuit ; en revanche, le néon et le spot restent allumés pendant les 8 heures du jour. La nourriture leur est proposée deux à trois fois par semaine.

Si une période de repos hivernale est nécessaire pour reproduire le genre Uromastyx, je crois qu’un léger hivernage est bénéfique à tout âge et indépendamment de l’objectif de la reproduction, il permet de marquer le mouvement des saisons et, peut-être, contribue à reproduire un environnement plus naturel donc plus favorable au bien-être des animaux en captivité.

 

Accouplement

Les parades d’accouplement menées par les mâles se heurtent souvent, au début, à un net refus de la part des femelles. Le mâle commence par des amples hochements de tête verticaux qui entraînent aussi les pattes antérieures en donnant l’impression qu’il "fait des pompes". En même temps il tourne frénétiquement autours de lui-même et au-dessus de la femelle et il essaye de la mordre sur les côtés, sur le dos, à la nuque. Si elle n’est pas réceptive, la femelle essaye de s’échapper, une fois attrapée agite fortement les pattes et, pour être encore plus claire dans son refus, se met sur le dos, ventre en l’air. Cette position rend impossible l’accouplement et le mâle, après avoir valsé en rond inutilement sur le ventre de la femelle, la laisse tranquille pour essayer de nouveau plus tard.

Quand la femelle est réceptive elle ne s’enfuit pas face aux avances du mâle et, quand il la pince au cou ou sur le dos, elle soulève la queue en favorisant ainsi la pénétration d’un des deux hemipenis du mâle. L’accouplement dure 3–5 minutes, il peut y en avoir plusieurs le même jours (même avec des mâles différents) et, à ma connaissance, les Uromastyx s’accouplent pendant environ une semaine, jusqu’à 11 jours, tous les jours.

Tableau 3a :  caractéristiques de la reproduction d’Uromastyx acanthinura au cours de trois ans

 

Année

Âge

Gestation

(jours)

Nombre d’oeufs pondus

Nombre d’oeufs fécondés

Incubation

(jours)

Nombre de nouveaunés

Taux d’éclosion(b)

Fem. 1 NC(a)

2001

3 ans

30 j.

16

15

74-77 j.

15

100%

2002

4 ans

32 j.

17

11

76- 79 j.

9

81,8%

2003

5 ans

35 j.

21

8

70-72 j.

5

62,5%

Fem. 2 NC(a)

2003

2 ans

?

9

9

71-77 j.

9

100%

Fem. 3 NC(a) 

 2003

2 ans

27 j.

10

9

76–80 j.

9

100%

(a)     NC = né en captivité

(b)     calculé sur les œufs fécondés

 

Gestation

 D’une manière générale, la ponte a lieu entre 4 à 6 semaines à compter du dernier jour d’accouplement (Tableaux 3 a, b, c, d).

 

Ponte

Mes Uromastyx pondent une seule fois par an. Cependant, d’après certains auteurs (Doumergue, 1901 ; Bons, 1969 ; Wilms, 2001) il pourrait y avoir deux pontes par an, séparées par une petite période de repos pendant l’été chez U. acanthinura.

Une semaine environ avant la ponte, la femelle s’arrête de manger et elle commence à creuser un peu partout, de manière de plus en plus acharnée à mesure que la date de la ponte approche. Des renflements abdominaux peuvent parfois trahir la présence des œufs, mais pas nécessairement. A ce moment là, je place dans le terrarium une boite de ponte. Il s’agit d’une bassine 30 x 40 x 15 cm environ remplie de vermiculite légèrement humide ; sur le devant de cette bassine j’ai pratiqué une ouverture ronde de 8 ou 10 cm de diamètre dans laquelle j’ai inséré un tuyau flexible (tuyau de VMC) long de 40 à 50 cm qui représente le "tunnel" d’accès à la "chambre de ponte". Cette dernière est ensuite fermée avec une plaque en PVC.

 

Tableau 3b : caractéristiques de la reproduction d’Uromastyx geyri au cours de deux ans

 

Année

Âge

Gestation

(jours)

Nombre d’oeufs pondus

Nombre d’œufs non expulsés(c)

Nombre d’oeufs fécondés

Incubation

(jours)

Nombre de nouveaunés

Taux d’éclosion(b)

Fem. 1

 2002

?

25 j. après l’achat

8

0

0%

Fem. 2

 2002

?

32 j. après l’achat

7

3

76–80 j.

3

100%

2003

?

37 j.

12

5

80–82 j.

2

40%

Fem. 3

 2002

?

37 j. après l’achat

14

14

76–85 j.

12

85,7%

 2003

?

41 j.

1

22

1

0%

Fem. 4

 2002

?

36 j

7

0

0%

Fem. 5

 2003

?

21 j. après l’achat

13

10

76 j.

1

10%

Fem. 6

 2003

?

31 j. après l’achat

3

6

3

77–78 j.

3

100%

Fem. 7

 2003

?

42 j.

11

11

0%

(b)     calculé sur les œufs fécondés

(c)     rétention

 

D’une manière générale, la femelle accepte cette chambre de ponte si le "plafond" est suffisamment bas, c’est–à–dire si elle ne peut pas s’y tenir debout ; pour la sécuriser encore plus j’enlève le mâle qui a la fâcheuse tendance de "squatter" ce pseudo-terrier. Si elle refuse d’y pondre, je vérifie la température (qui ne doit pas être plus élevée au fond de la boite par rapport à le surface) et l’hygrométrie (la vermiculite doit être légèrement humide).

Une fois la ponte effectuée, je retire les œufs et je les place dans l’incubateur. Parfois, la femelle continue pendant une à deux semaine à "protéger" son site de ponte en empêchant le mâle de s’y approcher, en soufflant et en le poursuivant jusqu’aux frontières de son territoire.

Le nombre des œufs pondus varie selon l’espèce, l’âge et la taille (Tableau 3 a, b, c, d).

 

Incubation

Les œufs sont placés dans une boite avec un couvercle troué et remplie de tourbe sèche ; cette boite est ensuite placée dans un incubateur où la température est de 31-32° C et l’humidité de 100% environ. Ces données sont maintenues constantes pendant la durée de l’incubation, en moyenne entre 80 et 90 jours (Tableau 3 a, b, c, d).

L’incubateur dont je me sers est du genre "fait–maison" : un vieux frigo débranché et équipé d’un câble chauffant relié à un thermostat et qui traverse en partie un bac d’eau de la taille du bac à légumes du frigo. Cela me permet d’avoir un environnement isolé, saturé d’humidité et à une température constante : ces données je les retrouve dans les boites car les couvercles sont troués.

D’autres moyens peuvent être envisagés, par exemple certains éleveurs (Wilms, 2001) préfèrent incuber les œufs dans une boite fermée sans aérations et remplie de vermiculite, tout en humidifiant légèrement avec une seringue la vermiculite au fond de la boite, et en ouvrant celle-ci de temps en temps pour permettre le renouvellement de l’air.

Quoiqu’il en soit il est impératif que les œufs ne soient pas posés sur un substrat humide sous peine de les voir moisir. En bref : substrat sec dans un environnement saturé d’humidité.

Quelques jours avant l’éclosion, les œufs peuvent "perler", c’est-à-dire que des gouttelettes se forment sur la surface de la coque. En d’autres cas, les œufs se dégonflent une semaine à dix jours avant l’éclosion ; parfois aucun changement n’est visible.

 

Tableau 3c :  caractéristiques de la reproduction d’Uromastyx ocellata au cours de trois ans

 

Année

Âge

Gestation

(jours)

Nombre d’oeufs pondus

Nombre d’œufs non expulsés(c)

Nombre d’oeufs fécondés

Incubation

(jours)

Nombre de nouveau–nés

Taux d’éclosion(b)

Fem. 1

 2000

?

30 j.

15

14

83–86 j.

14

100%

Fem. 2 NC(a)

 2002

2 ans

34 j.

2

8

2

89 j.

1

50%

Fem. 3 NC(a)

 2002

2 ans

32 j.

3

5

2

0%

Fem. 4

 2003

?

30 j.

9

4

75–77 j.

3

75%

Fem. 5

 2003

?

38 j.

2

2

1

78 j.

1

100%

Fem. 6

 2003

?

35 j.

11

2

11

82 j.

1

9%

(a)      NC = né en captivité  

(b)      calculé sur les œufs fécondés

(c)      rétention  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Naissance

Les naissances sont échelonnées sur 3, 4 jours. Le taux d’éclosion est variable (Tableau 3 a, b, c, d).

Les nouveau-nés U. acanthinura et U. d. maliensis mesurent 8–9 cm environ de longueur totale pour 6 gr environ de poids; les nouveau-nés U. geyri  et U. ocellata sont un peu plus petits, 7–8 cm environ de longueur totale pour 3.5–4.5 g environ de poids. Ils sont tout de suite bien vifs et ils commencent à manger deux, trois jours après la naissance.

La croissance est relativement importante les premiers mois. Ensuite, dès que la photopériode diminue, elle ralentit considérablement et elle s’arrête en novembre–décembre. Avec le retour de la "bonne saison" la croissance reprend avec vigueur : à l’âge d’un an, par exemple, les jeunes U. acanthinura mesurent 20 cm environ pour 85 gr de poids, alors que les jeunes U. d. maliensis mesurent 18 cm environ pour 50 gr de poids.

 

Tableau 3d : caractéristiques de la reproduction d’Uromastyx d. maliensis au cours de trois ans

 

Année

Âge

Gestation

(jours)

Nombre d’oeufs pondus

Nombre d’œufs non expulsés(c)

Nombre d’oeufs fécondés

Incubation

(jours)

Nombre de nouveau–nés

Taux d’éclosion(b)

Fem. 1

 2001

?

30 j.

7

7

87–89 j.

6

85.7%

 2003

?

? j.

10

0

0%

Fem. 2

 2002

?

31 j.

9

8

91–93 j.

7

87,5%

 2003

?

36 j.

1

9

0

0%

Fem. 3

 2003

?

42 j.

8

6

86–88 j.

2

33,3%

Fem. 4

 2003

?

45 j.

13

7

13

88–91 j.

9

70%

Fem. 5

 2003

?

38 j.

16

9

0%

(b)    calculé sur les œufs fécondés

(c)     rétention

 

 

Une mésaventure qui a frappé les premiers mois de vie de mes petits Uromastyx en 2001 est riche en enseignements. Dans un texte d’éleveurs étasuniens j’avais lu qu’ils donnaient à manger à leurs nouveau-nés les excréments des parents : ceci me paraissait sensé car ce genre de "nourriture" favorise la création de la flore intestinale et cette pratique est courante dans la nature chez les animaux végétariens (Iguana iguana, entre autres, mais aussi chez certains marsupiaux comme le koala). Malheureusement, quelques jours après avoir ainsi nourri mes bébés Uromastyx, certains d’entre eux ont commencé à avoir la diarrhée et 10 sont morts avant d’avoir pu être soignés. L’année suivante je n’ai pas répété l’expérience et les jeunes ont grandi normalement. Par contre, le fait que pendant les deux premiers mois de vie les jeunes mangent systématiquement leurs propres excréments ainsi que ceux de leurs frères et sœurs n’a pas d’effets négatifs sur leur santé.

 

Maladies et soins

 

D’une manière générale –et si je me réfère à mon expérience–, je peux dire que dans l’ensemble Uromastyx est un lézard robuste quand :

-    il est maintenu dans des bonnes conditions de température et d’hygrométrie ;

-    il est nourri avec des aliments adaptés et supplémentés en calcium et  vitamines ;

-    on lui fournit une bonne exposition aux UVB et aux UVA ainsi qu’une bonne luminosité ;

-    il évolue avec un rythme saisonnier en ce qui concerne la durée du jour et les variations de température jour-nuit ;

-    il est maintenu sur un substrat adéquat ;

-    il est entouré d’un décor qui ne le met pas en danger ;

-    il n’est pas soumis à des situations de "stress" continu.

 

Il faut toutefois faire la différence entre un animal né en captivité et un animal fraîchement importé. Ce dernier arrive avec déjà un parcours de capture-stokage-transport etc. qui l’a affaibli et rendu très vulnérable aux maladies. C’est donc à l’achat que je "trie" pour avoir le maximum de chance d’avoir un lézard qui s’adaptera à la captivité et, de plus, se reproduira. Je n’achète donc pas des animaux trop maigres (en regardant notamment la queue), qui ont le regard éteint, des abcès, des graves problèmes de mue, des résidus de diarrhée au cloaque, du mucus dans la bouche (symptôme de problèmes respiratoires)…..

Les animaux d’importation sont souvent parasités, ce qui peut ne pas être évident au coup d’œil. Il faut donc procéder au déparasitage, sous contrôle de votre vétérinaire, notamment avec du Flagyl® car les amibes sont parmi les parasites les plus fréquemment rencontrés chez les Uromastyx. Le Panacur® est aussi un bon vermifuge contre les oxyures présentes en grande quantité dans leur tube digestif. Une thérapie qui doit être effectuée d’urgence si le lézard présente des symptômes de diarrhée ou de sang dans les selles.

Les maladies respiratoires sont parmi les plus courantes chez les Uromastyx, il suffit parfois d’une baisse trop importante de température ou d’un courant d’air. Pour soigner ce genre d’infection il faut employer des antibiotiques que votre vétérinaire vous prescrira. Ce que je veux faire remarquer à ce sujet est que si votre vétérinaire n’est pas un spécialiste des reptiles vous devez lui dire qu’il s’agit d’un lézard végétarien afin qu‘il ne lui donne pas des antibiotiques à spectre large qui risquent de détruire sa flore intestinale.

J’ai aussi eu à faire à des problèmes de mue, c’est-à-dire que pendant la mue (qui peut se dérouler sur plusieurs jours ou semaines) la peau devient rêche et s’effrite en lambeaux minuscules ; dans ce cas je lui fais prendre un bain d’eau tiède et je le badigeonne avec une pommade hydratante, comme la Biafine®.

Un autre problème auquel j’ai été confronté est relatif au fait qu’il s’agit de lézards qui creusent tout le long de leur vie dans des terrains souvent durs et pierreux, donc ils ont les ongles adaptés pour cela. En captivité, cette activité étant très réduite, les ongles poussent de manière anormale, ils peuvent donc se casser en provoquant des panaris ou des abcès ou encore il peut y avoir des déformations des doigts. J’ai par conséquent pris l’habitude de couper régulièrement les ongles de mes Uromastyx.           

 

Pour faire prendre au fouette–queue un éventuel traitement par voie orale (et aussi pour regarder s’il n’a pas une stomatite), le principal problème est de réussir à lui ouvrir la gueule, car il possède une force impressionnante dans la mâchoire. Pour ne pas le blesser, il faut réaliser l’opération avec calme et douceur. J’utilise deux techniques :

– La première consiste à tirer le bout de la lèvre inférieure vers le bas avec son doigt. Il ne faut surtout pas forcer, si l’animal ne veut pas ouvrir la bouche il faut passer à la deuxième méthode.  

 – La deuxième technique consiste à "chatouiller" avec le pouce et l’index les coins des lèvres avec un mouvement doux mais répétitif de va-et-vient. Ce procédé prend un peu plus de temps que le premier, mais avec un peu de patience et d’entraînement il fonctionne très bien.

 

Conclusion

Vu l’aire de répartition des Uromastyx, il est facile de recréer des conditions de maintenances adéquates pour non seulement pouvoir les maintenir mais aussi pour les amener à se reproduire. En effet, il est beaucoup plus facile de pouvoir satisfaire des besoins important en chaleur, que le contraire (les systèmes de refroidissements sont onéreux et mal adaptés à la terrariophilie). De plus, Uromastyx est herbivore ce qui simplifie encore sa maintenance.

Encore trop peu sont reproduit en captivité en France, il serait souhaitable qu’un nombre plus élevé de personne s’adonne dans l’avenir à l’élevage de ce lézard au comportement si captivant.

 

 

Pour en savoir plus :

Bibliographie

·         Abdulali H., 1960. Notes on the spinytailed lizard, Uromastix hardwicki Gray. J. Bombay nat. Hist. Soc. 57 (2): 421-423.

·         Anderson J, 1898. Zoology of Egypt, vol.1st Reptilia and Batrachia. B. Quaritch, London : 126–129.

·         Antonini O., Grenot C., 2003. Elevage et reproduction de plusieurs espèces de lézards fouette–queue du genre Uromastyx. Situla, 7 : 12–36.

·         Antonini O., 2004. Expérience d’élevage d’Uromastyx acanthinura nigriventris Rotchild et Hartert, 1912. Reptil Mag 15 : 3036.

·         Antonini O., 2004. Les fouettes-queues. Lézards du genre Uromastyx. Animalia éditions. 96 p.

·         Bartlett R. D., 2003. Spinytailed agamids: Uromastyx and Xenagama. Barron’s Educational Series. 46p.

·         Bhatnagar R. K., Bhanotar R. K, Mahio Y., Srivastava Y. N., 1976. Winter temperature gradient in tunnels of Uromastyx hardwickii Gray. Journ. Bombay Nat. Hist. Soc. 76 : 172–173.

·         Bons J., 1969. Révision du statut du Lacertidé nord–africain Lacerta perspicillata Dum. et Bibr. 1839. Bull. Soc. Sci. Nat. Phys. Maroc. 48 : 81–92.

·         Bouskila A., 1983. The burrows of the dabb-lizard, Uromastyx aegyptius. Israel J. Zool. 32 (2-3) : 151-152.

·         Bradshaw S. D., Grenot C., 1976. Plasma aldosterone levels in two reptilian species, Uromastix acanthinurus and Tiliqua rugosa, and the effect of several experimental treatments. J. Comp. Physiol., B 111 (1) : 71–76.

·         Bradshaw S. D., Lemire M., Vernet R., Grenot C., 1984. Aldosterone and the control of secretion by the nasal salt gland of the north african desert Lizard, Uromastix acanthinurus. Gen. Comp. Endocrinol., 54 : 314–323.

·         Bringsoe H., 1998. Observations on growth and longevity in Uromastyx aegyptia (FORSSKAL, 1775) in the Negev Desert, southern Israel (Reptilia: Sauria: Agamidae).  Faunistische Abhandlungen  21 : 19-21.

·         Brogard J., 1992. Les maladies des reptiles. Collection Médecine Vétérinaire, 320p.

·         Cloudsley–Thompson J. L., 1970. A new record for Uromastix in Sudan. Brit. Journ. of Herp. 4 : 177

·         Cooper J. S., Poole D. F. G., 1972. The dentition and dental tissues of the agamid lizard, Uromastyx.- J. Zool. Lond. 169 : 85-100.

·         Cunningham P., 2000. Daily activity pattern and diet of a population of the Spiny-tailed Lizard, Uromastyx aegyptius microlepis, during summer in the United Arab Emirates.- Zoology in the Middle East 21, 2000 : 37-46.

·         De Vosjoli P., 1997. The lizards keepers handbook. Advanced Vivarium Systems. 176p.

·         Dickson V. P., 1965. Plants eaten by Uromastix microlepis Blanford and other notes on this lizard in eastern Arabia. - Jour. Bombay Nat. Hist. Soc. 62 (3) : 565- 566.

·         Doumergue F., 1900. Essai sur la faune herpétologique de l’Oranie. Bull. Soc. Géogr. Archéol.Oran, 20 : 89–120, 173–220, 233–296, 343–390.

·         Dubuis A., Faurel L., Grenot C., Vernet R., 1971. Sur le régime alimentaire du Lézard saharien Uromastix acanthinurus Bell.  C. R. Acad. Sc. Paris, 273: 500-503 

·         Foley W. J., Bouskila A., Shkolnik A., Choshniak I., 1992. Microbial digestion in the herbivorous lizard Uromastyx aegyptius (Agamidae). J. Zool. (London) 226(3) : 387-398.

·         Gerard P., 1997. L’élevage des lézards. Philippe Gérard Editions. 82p.

·         Gerard P., Hussard N., Rosselle S., Savarin P., Schilliger L., 2003. Atlas de la terrariophilie. Les lézards. Animalia Editions Vol. 3 : 192 p.

·         Gray R. L., 1977. Captive Reproduction of the Ornate Spiny–Tailed Lizard, Uromastyx ocellatus ornatus. Vivarium 8 (6) : 29, 67–69.

·         Gray R. L., 1999. Captive Reproduction of “Rainbow Benti” Spiny–Tailed Lizards, Uromastyx benti. Vivarium 10 (2) : 44–45.

·         Grenot C., 1967. Observations physio–écologiques sur la régulation thermique chez le lézard agamide Uromastix acanthinurus, Bell. Bull. Soc. Zool. Fr., 92 (1) : 51–66.

·         Grenot C., 1968a. Sur l’excrétion nasale de sels chez le lézard saharien : Uromastix acanthinurus. C. R. Acad. Sc. Paris, 266 : 1871–1874.

·         Grenot C., 1968b. Etude comparative de la résistence à la chaleur d’Uromastix acanthinurus et de Varanus griseus. La Terre et la Vie, 4 : 390-409.

·         Grenot C., 1969. Sur la constitution chimique de la graisse de dépôt chez certains Reptiles sahariens. Bull. Mus. Nat. Hist. Nat., 40 (5) : 906–911.

·         Grenot C. et M., 1971. Un Fouette–queue pour la Vipère à cornes. "Découvrir les animaux" – Larousse n° 52

·         Grenot C., Vernet R., 1972a. Les reptiles dans l’écosystème au Sahara occidental. C. R. Soc. Biogeogr. Fr., 49 : 96–112

·         Grenot C., Vernet R., 1972b. Place des Reptiles dans l’écosystème du désert pierreux au Sahara Nord–occidental. Les Naturalistes orléanais, 5 : 25–48.

·         Grenot C., Loirat F., 1973. L’activité et le comportement thermoregulateur du lézard saharien Uromastix acanthinurus Bell.  La Terre et la Vie, Rev. d’Ecol. Appl.  27 : 435–455.

·         Grenot C., Vernet R., 1973a. Sur une population d’Uromastix acanthinurus Bell isolée au milieu du Grand Erg Occidental.  C. R. Acad. Sc. Paris, 276 : 1349-1352.

·         Grenot C., Vernet R., 1973b. Les Lézards héliophiles du Sahara : facteurs écologiques et conditions d’élevage. Bull. Soc. Hist. Nat. Afr. Nord, 64 (1-2) : 53-78.

·         Grenot C., 1974. Polymorphisme chromatique du lézard agamide Uromastix acanthinurus Bell dans les populations du Sahara Nord Occidental.  Bull. Soc. Zool. Fr., 99 (1) : 153–164.

·         Grenot C., 1976. Ecophysiologie du Lézard saharien Uromastix acanthinurus Bell, 1825 (agamidae herbivore).  Ecole Normale Supérieure – Pub. Lab. Zool.  7, 323p.

·         Grenot C., Vernet R., 1977a. Rythme d’activité et régulaton thermique chez deux Lézards sahariens, Uromastix acanthinurus Bell et Varanus griseus Daud. Bull. Soc. Ecophysiol., 2 (1) : 54–56.

·         Grenot C., Vernet R., 1977b. Et pourtant ils sourvivent... Au Sahara, l’incroyable capacité d’adaptation des animaux. Courrier Unesco, 30 : 25–28.

·         Grenot C., Lemire M., 1978. Balance hydrominérale chez le Lézard saharien, Uromastix acanthinurus. I. Distribution et renouvellement de l’eau corporelle. Bull. Soc. Ecophysiol., 3 (1) : 65–66.

·         Grenot C., 1981. Equilibres pondéral et hydrique du Lézard saharien Uromastix acanthinurus.  Bull. Soc. Zool. Fr., 106 (1) :49–55.

·         Joger U., 1991. A Molecular Phylogeny of Agamid Lizards. Copeia 1991 (3) : 616-622.

·         Joger U., Lambert M. R. K., 1996. Analysis of the herpetofauna of the Republic of Mali, I. Annotated inventory, with description of a new Uromastyx (Sauria, Agamidae). J. Afr. Zool. 110(1) : 21-51.

·         Jones T., 2000. Captive care and breeding of the Ornate Uromastyx (U. o. ornatus). Reptilian Magazine vol. 6 n° 3 : 51–53.

·         Kevork K., Al–Uthman H. S., 1972. Ecological Observations on the Egyptian Spiny-tailed Lizard Uromastix aegyptius. : 1. On food and feeding habits. - Bull. Iraq Nat. Hist. Mus. Vol. V, 2 : 26-44.

·         Lemire M., Deloince R., Grenot C., 1970. Etude des cavités et glandes nasales du Lézard Fouette–queue Uromastix acanthinurus Bell. C. R. Acad. Sc., 270 (sér. D) : 817–820.

·         Lemire M., Deloince R., Grenot C., 1972. Etude histoenzymologique de la glande "à sels" du Lézard saharien Uromastix acanthinurus Bell. C. R. Acad. Sc., 274 (sér. D) : 3413–3416.

·         Lemire M., Grenot C., 1973. La structure nasale du Lézard saharien Agama mutabilis Merrem (Agamidae). C. R. Acad. Sc., 277 (sér. D) : 2719–2722.

·         Lemire M., Grenot C., 1974. Développement et structure de la glande "à sels" du Lézard saharien Agama mutabilis Merrem (Agamidae). C. R. Acad. Sc., 278 (sér. D) :61–64.

·         Lemire M., Grenot C., 1978. Balance hydrominérale chez le Lézard saharien, Uromastix acanthinurus. II.Réponse de la glande nasale à des surcharges salines. Bull. Soc. Ecophysiol., 3 (1) : 67–68.

·         Lemire M., Grenot C., Vernet R., 1979. La balance hydrique d’Uromastix acanthinurus Bell (Sauria, Agamidae) au Sahara dans des conditions semi–naturelles. C. R. Acad. Sc., 288 (sér. D) : 359–362.

·         Lemire M., Grenot C., Vernet R., 1980. Balance hydrique du Lézard agamidé Uromastix acanthinurus au Sahara nord–occidental. Bull. Soc. Zool. Fr. 105 (1) : 261–264.

·         Lemire M., Vernet R., Grenot C., 1980. Electrolyte excretion by the nasal gland of an herbivorous saharan Lizard, Uromastix acanthinurus (Agamidae). Effects of single NaCl and KCl loads. J. Of Arid Environ., 3 : 325–330.

·         Lemire M., Vernet R., 1983. Acclimatation of nasal salt secretion in the lizard Uromastyx acanthinurus (Agamidae). Effets of repetitive salt loads. . Journ. of Arid Environ., 6 : 145–153.

·         Lemire M., Vernet R., Grenot C., Francaz J–M. 1990. Réponses des lézards sahariens aux contraintes hydrominérales. Bull. Soc. Ecophysiol., 15 (1) :45–54.

·         Löhr B.,2004. Geyrs dornschwanzagame. Uromastyx geyri. Natur und TierVerlag. 62p.

·         Mandaville J., 1965. Plants eaten by Uromastix microlepis Blanford and other notes on this Lizard in eastern Arabia. – Journ. Bombay Nat. Hist. Soc. 62 (l) : 161-163.

·         Manthey U., Schuster N., 1996. Agamid Lizards.  TFH : 166–178.

·         Mateo J. A., Geniez P., Lopez-Jurado L. F., Bons J., 1998. Chorological analysis and morphological variations of Saurians of the genus Uromastyx (Reptilia, Agamidae) in western Sahara. Description of two new taxa. Rev. Esp. Herpet. 12 : 97-109.

·         Mattison C., 1989. Lizards of the world. Blandford : 192p.

·         Matz G., Vanderhaege M., 1978. Guide du Terrarium. Delachaux et Niestle : 190–191.

·         Matz G., 1968. Sur deux lézards herbivores : Iguana iguana et Uromastyx acanthinurus. Aquarama 3 (7) : 39–42.

·         Millefanti M., 1998. L’iguane. Editions De Vecchi : 51–63.

·         Minton S. A., 1966. A contribution to the herpetology of West Pakistan. Bull. Amer. Mus. Nat. Hist., vol. 134 : 90–91.

·         Obst F. J., Richter K., Jacob  U., 1988. Atlas of Reptiles and Amphibians for the Terrarium. TFH : 777–778.

·         Sautereau  L., 1988. Uromastyx acanthinurus.  Aquarama 104 : 3.

·         Schilliger L., 1999. Voies d’administrations des médicaments. Le Point Vétérinaire, vol.30, numéro spécial « Nouveaux Animaux de Compagnie » : 229-230.

·         Schilliger L., Gerard P., 1998. Allo, véto! Philippe Gérard Editions. 82p.

·         Schilliger L., 2003. Atlas de la terrariophilie. Les lézards. Animalia Editions vol. 3 : 62–88

·         Schilliger L., 2004. Guide pratique des maladies des reptiles en captivité. Editions MED’COM : 224 p.

·         Schleich H. H., Kästle W., Kabisch K., 1996. Amphibians and Reptiles of North Africa. Koeltz Scientific Books. 629 p.

·         Seshadri C., 1957. Water conservation in Uromastix hardwickii (Gray), with a note on the presence of mullerian duct in the male. J. Zool. Soc. India 9 (2) : 103-113.

·         Sprackland  R. G., 1992. Giants Lizards.  TFH : 190–193.

·         Thatcher T. A., 1988. The Ecology and Captive Maintenance of Uromastix Species (Family Agamidae). Reptiles: Proceedings of the 1988 U. K. Herpetological Societies: 39-43.

·         Thatcher T. A., 1992. The Reproduction in Captivity of the North African Spiny-tailed Lizard, Uromastyx acanthinurus.  Brit. Herp. Soc. Bull. 40 : 9-13.

·         Vernet R., Grenot C., 1972. Etude du milieu trophique du peuplement reptilien dans le grand Erg occidental (Sahara algérien). C. R. Soc. Biogéogr. Fr., 49 : 112–123.

·         Walls J. G., 1996. Uromastyx and Butterfly Agamids. T. F. H. Publ., Neptune City. 65p.

·         Wilms T., Löhr B., 1994. Die Nordafrikanische Dornschwanzagame – Uromastyx acanthinurus - Ökologie, Haltung und Zucht. Elaphe, 2 (3) : 25-29.

·         Wilms T., Hulbert F, 1995. Uromstyx acanthinura Bell 1825. Sauria, 17 (3) : 333-340.

·         Wilms T., Böhme W., 2000. Zur Taxonomie und Verbreitung der Arten der Uromastyx ocellata–Gruppe (Sauria: Agamidae). Zoology in the Middle East  21, 2000 : 55-76.

·         Wilms T., Bôhme W., 2001. Revision der Uromastyx acanthinura–Artengruppe, mit Beschreibung einer neuen Art aus der Zentralsahara (Reptilia: Sauria: Agamidae).  Zool. Abh. Staatl. Mus. Tierk. Dresden 51, n° 8 : 73–104.

·         Wilms T., 2001. Dornschwanzagamen – Lebensweise, Pflege und Zucht. 2nd edition. Herpeton, Verlag Elke Köhler, Offenbach, 142p.

·         Wilms T., 2002. Uromastyx – spiny-tayled agamas.  Reptilia  21 : 12–33.

·         Zain-ul-Abedin M., Katorski B., 1966. Increased blood clotting time in a hibernating lizard. Can. J. Physiol. Pharmac., 44 : 505-507.

·         Zain-ul-Abedin M., Katorski B., 1967. Certain blood constituents of a lizard during hibernation and activity. Can. J. Physiol. Pharmac., 45 : 115-119.

·         Zari T. A., 1999. On the reproductive biology of the herbivorous spiny-tailed agamid Uromastyx philbyi in western Saudi Arabia.­ Zoology in the Middle East 19, 1999 : 123-130.

Zwartepoorte H. A., 1995. Pflege, Paarungsverhalten und wiederholte Nachzucht der Afrikanischen Dornschwanzagame (Uromastyx acanthinurus). Elaphe, 3 (3) : 21–24.

 

 


Bébésaurus . 86 grande rue St Clair . 69300 CALUIRE ET CUIRE . FRANCE . bebesaurus@wanadoo.fr . Tel : (33) 06.21.04.32.36